Coefficients de solidarité

3ème séance de négociation où le MEDEF joue la montre sur les coefficients de solidarité
(bonus/malus). L’intégralité des organisations syndicales s’est prononcée pour la fin de
ces coefficients, et un consensus se dégage même pour que cet arrêt s’applique aux retraites
déjà liquidées (note sans rétroactivité). La CGT a rappelé que la suppression des coefficients
était une condition sine qua non en vue d’un accord.
Après de premiers échanges âpres, le MEDEF a enfin dit que cette suppression était sur la
table, mais la conditionne à la prise en compte du Cumul Emploi Retraite (CER).

Valeur d’achat et valeur de service du point

Ces trajectoires ont toutes pour point commun de déconnecter encore la valeur d’achat et
la valeur de service, et surtout l’idée d’une indexation de cette dernière sous l’inflation. Non
content de vouloir dégrader encore le futur niveau des retraites complémentaires, les
représentants patronaux ont évoqué la possibilité d’une baisse des cotisations, pour
instaurer à la place une part de capitalisation dans le régime

Ponction sur les réserves par l’Etat

Pour la CGT, ce débat revient à savoir s’il vaut mieux qu’on nous prenne dans la poche droite
ou bien dans la poche gauche. La réforme des retraites n’apporte pas d’amélioration pour les
petites retraites, c’est juste une pommade que le gouvernement veut faire financer par le
régime complémentaire. A l’inverse, la CGT propose une meilleure prise en compte par le
régime des carrières hachées et avec des petits salaires.

ECHO DES NEGOS N°3 AGIRC-ARRCO du 20 sept 23