Le Président de la République, dans son discours du 13 avril, a repris les mots « nous retrouverons les jours heureux ».

Il a endossé à plusieurs reprises le costume de chef d’un état en guerre.

Revenons sur l’histoire. Il y a 77 ans (27 mai 1943) des résistants, en pleine guerre face à la barbarie nazie, fondent « LE CONSEIL NATIONAL DE LA RESISTANCE » avec leur programme « les Jours Heureux ».

Les résistants avaient refusé le putch fasciste de Franco en Espagne, la « capitulation de Munich » de notre Nation face à Hitler.

Ils étaient déterminés à défendre les intérêts des travailleurs et le bonheur commun.

Dans leur programme, ils affirmaient une république sociale.Ils évoquaient le droit de vote des femmes, la création de la Sécurité Sociale (avec un système de retraite par répartition, solidaire à prestations définies), un plan de nationalisation de secteurs clé (industrie, banque, mine…), la création de services publics (énergie, transport, communication, fonctions publiques) avec des statuts pour les travailleurs et l’accès à toutes et à tous à l’information plurielle.

Ce programme, déconnecté des exigences du « marché » résonne fortement face au vide politique actuel.

Face aux crises sanitaires, sociales, économiques, sociétales et environnementales, d’autres choix sont possibles que « les larmes et la sueur ».

Pour que les travailleuses et les travailleurs s’émancipent des choix gouvernementaux et patronaux actuels et développent les nécessaires luttes la CGT ainsi que d’autres O.S. et associations mettent à disposition le document ci-dessous.

Au niveau départemental, la Direction de la CGT 73 a validé un travail collectif inter O.S., associations et partis politiques.

Nous prévoyons de nous retrouver très prochainement.