Ce jeudi 3 décembre 2020 à 14 h Place du Château participons à l’action des secteurs du social et du médico-social.

Nous trouverons ci-dessous le tract du « SAMSESS » et le courrier adressé par les syndicats du Conseil Départemental et du SAMSESS au Président du Conseil Départemental.

Courrier CD  SAMSESS/CD                                                                                                  10 Septembre 2020

 

Monsieur Le Président, mesdames, messieurs les Conseils Départementaux,

Les salariés et agents de l’action sociale et de la protection de l’enfance des syndicats CGT, attirent votre attention sur la réalité d’exercice de leurs missions dans les différentes structures où ils interviennent.

Votre politique dans ce domaine a généré la dégradation globale de l’accueil des enfants et de notre environnement professionnel. Il est constaté depuis plusieurs années, une forte dégradation des conditions de vie des enfants confiés à l’ASE.

Nous demandons une rencontre avant le 15 novembre 2020, afin de vous présenter les difficultés précises sur lesquelles il est plus que nécessaire d’intervenir :

  • Listes d’attentes de placements ou de mesures éducatives ;
  • Impossibilité d’appliquer des ordonnances du juge des enfants ;
  • Crise des vocations : éducateurs spécialisés, assistants familiaux, … toutes professions du social confondues ;
  • Fermetures de lits dans les internats en 2015/2016, alors que le nombre était déjà préalablement insuffisant ;
  • Augmentation des agressions par les enfants dans les établissements qui démontrent un état psychique préoccupant, dans un contexte où la réponse thérapeutique est insuffisante ;
  • Accompagnement individuel impossible dans les établissements ou dans les missions EJF du département : prise-en-charge exclusivement collective inadaptée au profil des enfants ;
  • Mise-en-danger des enfants confiés dans la prise-en-charge normalement protectrice.

Que dire :

  • Des enfants qui agressent leurs éducateurs, référents EJF et/ou assistants familiaux (strangulation, agressions au couteau, lapidation, …) ou qui s’agressent entre eux ;
  • Des locaux impropres à l’accueil : vitres brisées non-remplacées, portes défoncées, mobilier endommagé et non-remplacé … ;

De façon globale, le choix des ratios budgétaires entrainent

  • la perte du sens du travail du fait des conditions dégradées d’exercice ;
  • le turn-over des personnels, l’appel aux intérimaires que les enfants appellent les « éducs’ dominos » ;
  • une instabilité de l’environnement des enfants qui sont pour être protégés, extraits d’une instabilité familiale.

Comment les salariés et agents maltraités par leur institution peuvent-ils accompagner et prendre soin des enfants maltraités par la vie ?

Nous refusons que les situations des enfants accueillis qui évoluent ou pourraient évoluer positivement, subissent les effets de toutes celles qui sont dégradées, qui vont mal, très mal. Ce sont bien les difficultés de prises-en-charge des enfants en grande détresse psychologique, sociale et physique qui impactent tous les enfants confiés.

Nous sommes collectivement responsables de la protection des enfants et de l’accompagnement des parents.

Quand allez-vous réagir et donner aux enfants les conditions suffisamment nécessaires à leur épanouissement ?

La situation en Savoie est à l’image d’une cocote minute qui n’attend qu’une étincelle pour exploser.