Ce sont près de 30 militants (syndicat du transport, des territoriaux, interpro…) qui sont allés écouter, débattre, proposer la pétition pour exiger l’annulation de la casse de l’assurance chômage et construire « un monde d’après » où tous les privés d’emploi bénéficieraient d’une indemnité et accéderaient à la formation professionnelle (la SSP et le NSTS)